Témoignages

Isabelle est une enseignante formée au Québec qui s’est spécialisée dans l’aide aux élèves qui ne sont pas complètement rentrés dans les apprentissages. Elle apporte le bon soutien aux élèves souffrant de troubles de l’apprentissage. Elle est impliquée et utilise des outils nouveaux. Elle projette d’ouvrir son cabinet. Je vous laisse vous rapprocher d’elle si vous souhaitez plus d’informations.


1er octobre 2019 – «La rentrée se passe très bien pour Y., son travail scolaire est enfin à la hauteur de ses compétences variées, ça fait plaisir de partager ces bonnes nouvelles avec vous !» – Maman de Y.

 Y. a été suivi de janvier 2019 à juin 2019 quand il était en classe de CM1 :

  • Les premières leçons font apparaître que l’enfant, grand lecteur, a engrangé des connaissances, mais tout est désordonné dans sa tête. Il ne sait pas où les choses sont rangées. Il procède par tâtonnements, le hasard est partout à l’oeuvre.
  • Ce qui m’a tout de suite plu avec Isabelle, c’est la possibilité d’assister aux cours, proposée comme principe pédagogique : j’ai vite compris que l’enfant est motivé par l’attention qui lui est portée, et il s’agit pour le parent de comprendre comment s’y prendre avec lui. Cette façon de faire a été facteur de succès : l’enfant s’est senti compris et s’est intéressé aux séances. Les cours lui ont appris à structurer, organiser ses connaissances pour savoir comment s’y prendre et où aller chercher les réponses à ses questions, et surtout, adopter les bons reflexes : se poser les bonnes questions en orthographe, en grammaire, « planifier » sa relecture pour corriger ses erreurs. Par exemple, comment procède-t-on pour trouver la terminaison d’un verbe ? En tant que parent, on ne sait pas toujours comment expliquer avec patience, ce qui est devenu pour nous un automatisme
  • La grammaire a pris sens, le calcul mental est devenu un jeu de stratégie, et l’attitude face à l’enseignant détenteur du savoir a changé, dès le retour en classe. Les progrès se sont manifestés tout au long de l’année. Et les premiers jours du CM2 se sont déroulés avec la volonté de bien faire. Les résultats sont là, en cohérence avec le potentiel de l’enfant.

Très intéressé, Y. questionnait toujours au sujet des processus d’apprentissage, élaborait avec ses propres mots la stratégie permettant de résoudre le cheminement du problème proposé. Il a réussi à considérer l’erreur comme un indice à partir duquel il convient de se questionner. Isabelle M.


Evènement Syn-ed, Participation  

à un Forum « Pratiques Innovantes » auprès d’enseignants. 

J’ai été amené à faire l’exposé d’un scénario d’apprentissage et des activités autour de la conjugaison, en dynamiser l’apprentissage par des stratégies pédagogiques pour apprendre la terminaison des verbes, apprendre sa leçon, consolider l’apprentissage et où le plaisir d’apprendre sont au rendez-vous.

Les outils choisis sont mixés, soucieuse d’utiliser le plein potentiel et les capacités du cerveau. Le retour de participants justifie de l’intérêt pour ce programme de travail.

Le contenu qui a marqué

  • Placer les temps de conjugaison sur la flèche (voir visuellement « la place » des temps simples et des temps composés)
  • Neurosciences et exercice concret
  • Le fait que les enfants puissent comprendre d’eux même les variations des temps
  • Illustration, film
  • La présentation du matériel 
  • Posture qui induit une mise en situation d’apprentissage

Les mots forts de l’Atelier qui ont été retenus :

  • Ligne du temps de la conjugaison
  • Clarté, super idée, super supports
  • Motivant
  • Recherche, innovation, manipulation
  • Nouvel angle d’approche/d’entrée dans un apprentissage
  • Donner du sens…